Ce texte décrit bien ce que procure cette attitude particuliére appelée en japonais "i shin imagesden shin" qui veut dire d'âme à âme ou même de coeur à coeur car dans la langue japonaise les mots ont plusieurs significations selon le sens qu'on veut leur donner.

Il fait donc référence au Shiatsu version plus moderne du Amma qui lui est ancestral mais cet état d'esprit s'applique aussi à toutes techniques de massage voir même à tout art en général.

 

 

Le sens du toucher transforme non seulement la perception intérieure que nous avons du corps, le nôtre, celui des personnes que nous massons mais aussi son fonctionnement.

L’observation a montré que des enfants insuffisamment touchés dès leur naissance et dans leurs premières années de vie se développent moins bien sur tous les plans, physique, émotionnel et psychologique que ceux qui bénéficient du fait d’être suffisamment touchés, caressés, pris dans les bras etc… Selon les données de l’embryologie, la peau est une extension du cerveau qui est lui-même le grand chef d’orchestre de l’équilibre de nos systèmes, nerveux bien sûr mais aussi hormonal et immunitaire.

Nos fonctions organiques, cellulaires, psychiques sont non seulement régies chimiquement mais aussi énergétiquement. Les 2 niveaux sont réciproquement interdépendants l’un de l’autre.

 

L’automassage d’un méridien le rend présent autrement dans notre perception, mais aussi actif autrement dans sa fonction.

 

Quand nos mains sont énergétiquement actives (donc au-delà d’une action purement mécanique), la fonction du méridien est activée par leur passage sur son trajet, ce qui a pour effet de réguler (dynamiser ou tempérer) le fonctionnement énergétique du méridien.

La fonction énergétique existe quoi qu’il arrive et se manifeste à travers des déséquilibres  propres à chaque personne et à chaque type de personnalité.

 

Elle peut cependant être régulée, c'est-à-dire, tendre vers un meilleur équilibre, lorsque la structure énergétique du corps prend une réalité concrète pour nous ; au-delà donc du fait d’être un sujet sur lequel nous avons récolté des informations en lisant quelques livres ou en suivant quelques stages ou cursus d’études.

 

Il est possible de vivre toute une vie en passant complètement à côté de cet aspect de notre organisme. Ni pire ni mieux, juste différent de la vie que nous pouvons expérimenter si nous développons notre sensibilité concrète à l’énergie et aux structures énergétiques du corps, ainsi que notre aptitude à les réguler.

 

Une séance d’acupuncture ou de shiatsu menée par un professionnel compétent aura de même pour effet de rendre les méridiens, leurs points et leurs fonctions plus concrètes, perceptibles, « visibles » à notre regard intérieur.

En développant notre sens du toucher et en lui conférant une qualité énergétique nous constatons de nous-mêmes que nous acquérons peu à peu la capacité d’auto-réguler les fonctions physiologiques du corps dans la plupart des cas, hors déséquilibre pathologique sérieux pour lequel l’intervention d’un tiers compétent est requise.

 

En touchant notre peau le long des trajets de méridiens, nous inscrivons ces structures dans notre perception consciente. L’image des méridiens trajets, « autoroutes corporelles où l’énergie circule » est quelque peu éloignée semble-t-il de la réalité mais elle est néanmoins utile pour commencer à se familiariser avec le sujet.

 

Masunaga nous explique que les méridiens sont des fonctions énergétiques, plus que des trajets. Ces fonctions correspondent aux fonctions vitales de base communes à tous les organismes, depuis la paramécie jusqu’à l’être humain en passant par toutes les formes possibles de vie animale.

 

Le shiatsu est un art qui développe notre conscience de la vie, de cette réalité commune à tous les êtres.

 

Le shiatsu nous donne la possibilité de communiquer au niveau de ce qui est commun à tous les êtres.

I Shin Den Shin est une expression connue dans les enseignements du Zen japonais, reprise par mon professeur japonais, élève de Masunaga, pour nous dire ce qu’est l’essence du Zen-Shiatsu.

 

I Shin Den Shin, ou encore en traduction approximative, communiquer de cœur à cœur, d’âme à âme. 

 

Muret, Août 2010

 

source : www.zen-shiatsu-toulouse-vitalpause31.com

 

Je rajouterai qu' autrefois dans les arts martiaux, les maîtres transmettaient leur art de cette manière, de façon intuitive, ainsi les guerriers samouraï détenaient une intuition très développée leur permettant de remporter de grandes batailles... sur eux-mêmes

Aussi il faut souligner que pour avoir cet état d'esprit il faut être d'abord Kokoro, le coeur en japonais, qui est le siège de l'âme, c'est-à-dire être centré sur son coeur, le lien entre le ciel et la terre, pour agir avec son coeur où les mains sont guidées par le Coeur,  un autre principe important de la philosophie japonaise utilisée dans les arts martiaux.

Tel est donc l'attitude dans laquelle je pratique mon métier, une attitude où le mental est décroché où seule une intention juste intervient.

 

Kokoro

Ikanaramu
Kotoaru toki mo
Utsusemi no
Hito no kokoro yo
Yutaka naranamu

Coeur (esprit)

Qu'importe ce qu'il se passe (privation et malheur) pendant la durée de la vie,

je souhaite que le coeur et l'esprit des gens restent ouverts et abondants.

 

Gyosei (poésie Waka) de Meiji Tenno

Retour à l'accueil